Brian De Palma

Avatar de l’utilisateur
Denis
Messages : 1180
Inscription : lun. déc. 26, 2016 7:24 am
Localisation : Edinburgh
Contact :

Brian De Palma

Messagepar Denis » mar. mars 21, 2017 8:50 pm

Après la diffusion l’autre jour de BLOW OUT sur Arte, il est temps d’évoquer Brian De Palma ; un réalisateur qui m’a fait aller au cinéma dans les années 80. C’est en effet cette période que j’affectionne avec, en tête, PULSIONS (DRESSED TO KILL) et BODY DOUBLE aux scénarios hitchcockiens. Je n’avais pas revu BLOW OUT depuis sa sortie en 1981 (ça ne me rajeunit pas) avec Nancy Allen, la compagne de De Palma de l’époque, mais la fin, inoubliable, est toujours aussi glaciale. Ces trois films sont accompagnés de superbes partitions du compositeur italien Pino Donaggio (je conseille le morceau ‘The Shower’ de Dressed to Kill). Egalement excellent LES INCORRUPTIBLES (avec Costner et Connery sur une musique de Morricone).
index.jpg
index.jpg (9.82 Kio) Consulté 3832 fois
Pulsions.jpg
44568.jpg
Chapeau melon et bottes de cuir est un témoignage historique et un refuge de valeurs dans une Grande-Bretagne devenue excessivement multiculturelle dont les traditions tendent à se liquéfier en magma insipide (critique de Bright Horizon).

Avatar de l’utilisateur
séribibi
Messages : 243
Inscription : lun. déc. 26, 2016 10:29 pm

Re: Brian De Palma

Messagepar séribibi » mar. mars 21, 2017 11:04 pm

Il fait partie de ces réalisateurs qui ont touché à tous les genres. Grand formaliste, je trouve qu'il a perdu pas mal de son aura depuis plusieurs années (d'ailleurs il ne tourne quasiment plus) et s'est un peu fourvoyé avec des trucs comme "Mission to mars" ou "Femme fatale".
De lui, parmi mes préférés, on trouve des œuvres aussi diversifiées que "Sœur de sang", "Blow out" (son meilleur film à mon humble avis), "Outrages"...
J'aime bien sa relecture de "Mission impossible", il a fait une adaptation libre intelligente de la série, le seul hic est d'avoir fait de Phelps un traître, mais en dehors de ce que certains qualifieront de façon tout à fait compréhensible de "faute de goût", le film se révèle très classieux, bien loin du blockbuster décérébré que beaucoup de tâcherons se seraient empressés de faire.
J'aime bien aussi certaines de ses œuvres expérimentales et indépendantes du début (Murder à la mod) ou certains de ses films assez décriés (L'esprit de Cain).
Il a eu du mal à s'imposer au tout début car on le considérait comme un copieur d'Hitchcock alors qu'il ne s'agissait jamais de plagiat mais d'hommage au Maître.
Dans ses derniers, j'aime bien "Snake eyes" et "Le dahlia noir".

Avatar de l’utilisateur
camarade totoff
Messages : 247
Inscription : mar. déc. 27, 2016 10:00 am
Localisation : Vitry sur Seine (94)

Re: Brian De Palma

Messagepar camarade totoff » mer. mars 22, 2017 1:39 pm

Son dernier film, "Passion" avec Noomi rapace et Rachel MacAdams est froid, impersonnel, totalement dénué de tension et, très vite, d'intérêt.
« La suprême ironie de la vie, c’est que nul n’en sort vivant » (Robert Ansen Heinlein)

Avatar de l’utilisateur
Denis
Messages : 1180
Inscription : lun. déc. 26, 2016 7:24 am
Localisation : Edinburgh
Contact :

Re: Brian De Palma

Messagepar Denis » mer. mars 22, 2017 8:35 pm

Pas étonnant. Ce sont justement ses clins d'oeil hitchcockiens que je trouvais sensationnel. Sa 'trilogie' Blow Out/Dressed to Kill/Body Double est à ce point excellente et le summum de son art. Après c'est devenu très inégal; j'avais vu Scarface à l'époque (qui est devenu LE film de la racaille plus de 30 ans après sa sortie). A l’époque, je l'avais trouvé intéressant, maintenant beaucoup moins. En ce qui concerne les adaptations de séries, je préfère Les Incorruptibles à Mission impossible même si cela n'a rien à voir avec la série culte de la fin des années 50. On y trouve des acteurs Costner, Connery, en tête, remarquables (il y a un petit rôle de flic pourri pour Richard Bradford, l'homme à la valise). Et puis la musique est somptueuse...
Pas vu de films récents au cinéma mais le style s'est liquéfié. Même Snake Eyes, il m'a fallu deux passages et passé le début bien pénible.
Chapeau melon et bottes de cuir est un témoignage historique et un refuge de valeurs dans une Grande-Bretagne devenue excessivement multiculturelle dont les traditions tendent à se liquéfier en magma insipide (critique de Bright Horizon).


Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 10 invités